App SwissCovid
L'analyse du PPVD

Devenez pirate

onvoteaujourdLe 25 septembre prochain durant la votation populaire non seulement aura lieu le référendum sur la LRens (loi sur le renseignement) mais également sur deux autres sujets :
* AVS+
” L’initiative sur l’économie verte
Durant notre AGE de Juillet 2016, les membres présents de la section vaudoise ont arrêté les positions suivantes:
  • AVS+NON
  • Economie VerteNON
  • LRensNON
L’initiative AVS+ veut augmenter de 10% le montant de la rente sans jamais se préoccuper de l’ensemble des assurances sociales. Une telle hausse aurait des conséquences sur la pérennité de ce système déjà à bout de souffle mais également un impact important sur les actifs et l’économie. Nous restons persuadés que le RBI est aujourd’hui la seule alternative aux problématiques des revenus des rentiers AVS. Cette hausse de 10% n’aura d’autre effet que de précariser encore plus les plus fragiles de notre société, et d’augmenter le clientélisme social.

Quant à l’initiative sur une économie verte, cette dernière ne fera en fait qu’alourdir la fiscalité, en amenant à nouveau sur la table le principe d’une TVA écologiste. Dans les faits, le Conseil fédéral exécute déjà un mandat visant au développement d’une économie durable. Ce mandat, arrêté le 20 avril 2016, met en place un plan quadriennal visant à poser les fondations d’une nouvelle gouvernance économique intégrant la durabilité. Le Parti Pirate Vaudois attend maintenant du Conseil Fédéral qu’il tienne ses engagements en matière d’écologie, avant d’envisager d’autres mesures.

Depuis de longues années, la LRens est le cheval de bataille du Parti Pirate Vaudois, sa position est claire, en tant que référendaire contre cette loi, c’est Non le 25 septembre. Comme nous l’avons clairement énoncé lors du lancement du référendum, il est hors de question de donner un chèque en blanc à une administration dont son ministre de tutelle de l’époque disait durant le débat sur la LRens au conseil des États le 11 juin 2015:

  1.  « Je veux une police secrète »
  2. « La mise sous surveillance par le SRC peut se faire pour des raisons purement politiques »
  3. « Aller faire des actions clandestines offensives à l’étranger ne doit pas être soumis à un processus complexe »
  4. « Les actions clandestines ne doivent pas être sanctionnées par un juge, ça serait absurde. La justice doit être supprimée ! »
  5. « La collaboration avec des agences étrangères de renseignement est routinière »
  6. « Les autres le(*) font bien, nous devons le faire également » (*)surveillance généralisée
  7. « (Dans le cadre de la gouvernance multidépartementale sanctionnant les missions du SRC) : Le DFJP peut désigner des surveillances politiques »
  8. «Le personnel du SRC est qualifié et compétent » [ndlr L’affaire Giroud et celle du disque dur sont-elles des démonstrations de ces propos?]